131 Logements - Ilôt Saint Jacques

Dieppe (76)
Maîtrise d'ouvrageHABITAT 76
Equipearchétude + Prisme Ingénierie
MissionConception Réalisation
Programmeenveloppe / parties communes / parties privatives
CalendrierEn études - Lauréat 2018
Coût HT2.50 M€
Surface7 930 m²
EntreprisesEiffage
Prix : Gratuit
En stock

Total :

Choix non disponible

L’ilot Saint-Jacques se trouve en plein cœur historique de la ville de Dieppe, à quelques pas du port de commerce et de l’église Saint-Jacques. Il fait partie de la ville de Ventabren, datant du XVIIIe siècle, composée essentiellement de petits immeubles d’habitations abritant éventuellement des commerces. Ces maisons typiques, dites « de type Ventabren », sont réalisées en brique avec des toitures en ardoise ou en tuile brune. Selon l’époque, la brique utilisée peut être de couleur beige ou rouge. Bien que ces constructions puissent parfois s’élever sur quatre niveaux aux abords du port, elles comportent majoritaire trois niveaux et des combles habités à proximité de l’ilot Saint-Jacques. Les rez-de-chaussée accueillent des vitrines commerciales.

La ville a entrepris de sauvegarder le quartier et l’a donc classé en Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager ainsi qu’en secteur ABF. Depuis une dizaine d’année, un certain nombre de bâtiments du centre-ville, et notamment le long du port, ont fait l’objet d’une restauration de leurs façades.

C’est dans ce contexte que ce place le projet de réhabilitation des deux immeubles de la résidence Ilot Saint-Jacques.

Ceux-ci se démarquent du reste du quartier par leur taille, leur composition et les matériaux employés. En effet, ils comportent tous les deux cinq étages sur rez-de-chaussée avec un retrait partiel des deux derniers niveaux. L’ensemble dégage une impression de masse lorsque l’on traverse l’ilot. Cette sensation est accentuée par la symétrie très présente dans le dessin des façades et le rythme plein/vide de ces dernières. Celles-ci présentent aux passants de vastes surfaces de menuiseries sur toute la hauteur des bâtiments ou au contraire de grands aplats d’enduit et de brique avec un jeu de retrait et de biais successifs qui tendent à brouiller la lecture des bâtiments et de l’ilot.

Bien que leur volumétrie soit très imposante à l’échelle du quartier, les deux bâtiments ne se présentent jamais dans leur entièreté. Ils se dévoilent par portion au détour d’une rue ou lorsque l’on traverse l’une des différentes placettes qu’ils génèrent dans l’ilot. Ainsi, l’approche qui est envisagée pour la réhabilitation des résidences est une réflexion par vue plutôt que systémique.

Dans l’optique d’améliorer la lisibilité des constructions et de retrouver une échelle plus proche du bâti environnant, le projet propose de marquer davantage le jeu des volumes par un traitement de textures et de teintes différentes et contrastées en accord avec l’avis de l’Architecte des Bâtiments de France. Une alternance de teinte rouge, blanc cassé ou gris permet de découper verticalement les façades en fonction des décalages de volumes.

Le calepinage proposé permet de marquer les étages tout en conservant un caractère organique grâce à un découpage vertical irrégulier et l’emploi de deux teintes proches pour chaque couleur de bardage.

La composition de la volumétrie est telle qu’il est possible de distinguer deux types de façades : celles qui sont très vitrées, avec des baies toutes hauteurs et les autres, plus opaques. Les premières se trouvent souvent dans les creux et sont traitées en bardage acier laqué gris afin de mettre les autres en valeur. Les secondes sont habillées d’un bardage en fibre-ciment, choisi pour sa minéralité et sa durabilité. Ainsi, les bâtiments se lisent comme un ensemble minéral au teinte ocre dans lequel on aurait creusé des failles pour dévoiler une teinte plus neutre mais aussi plus propice aux reflets.

En cohérence avec l’environnement bâti du quartier, le rez-de-chaussée est traité comme un socle. Il forme une base rouge qui remonte occasionnellement sur les niveaux supérieurs. Le même bardage en fibre-ciment que les étages est utilisé, mais sans isolation.

. . .
lire la suite